LaPresse, 8 avril 2020,  Qu’ont en commun les rouleaux de papier de toilette, les fenêtres, les comptoirs de cuisine et le contreplaqué ? Deux choses, au moins : ils contiennent tous de la colle et leur production au Québec est perturbée par la tempête qui s’est abattue sur le Texas en février.

EXTRAIT

C’est fascinant de voir à quel point une catastrophe climatique à 3000 kilomètres de chez nous peut avoir des impacts jusque dans nos usines, et nos poches.

Prenez l’usine de colle Dural, à Dorval, qui vend ses produits sous la marque Durapro dans les quincailleries. Aucune autre usine ne fabrique plus de colle blanche et de colle à bois au Canada. Mais depuis des semaines, elle tourne au ralenti, incapable de se procurer les ingrédients (des monomères) nécessaires à la fabrication de ses colles et polymères utilisés par une pléthore d’autres usines du Québec.

...

Mais pourquoi ne pas s’approvisionner ailleurs dans l’intervalle ? ai-je demandé à Paul Faulkner. En Asie, on ne fournit pas à la demande et figurez-vous qu’en Europe, l’usine allemande qui produit des monomères a été ravagée par les flammes, m’a-t-il répondu.

« Si on n’avait pas fermé nos raffineries dans l’est de Montréal, on n’en serait pas là. On parle d’autonomie alimentaire… La filière pétrochimique du Québec est disparue », déplore-t-il.

(...suite)

SOURCE : La Presse

Article complet